Transparence, de Ayerdhal

Publié le par Patate des ténèbres

Afficher l'image d'origine

1985, Berlin (RFA), Ann X, 12 ans, assassine ses parents, diplomates américains, et un couple de leurs amis avec un sabre japonais. L’enquête établit que l’adolescente, quasi analphabète, a agi en état de démence après plusieurs années de sévices sexuels. Soignée plusieurs mois dans une clinique psychiatrique, Ann est ensuite placée dans un établissement spécialisé qui prend en charge l’éducation d’enfants inadaptés.
1988, Fribourg (CH), Ann X, 15 ans, égorge un éducateur et en blesse grièvement trois autres avec un sabre qu’elle a fabriqué dans l’atelier de l’internat. En fuite durant huit semaines, elle est finalement arrêtée par les carabiniers à la frontière italienne, alors que, toujours avec son sabre de fortune, elle vient de sectionner une main du routier qui l’a prise en stop. L’enquête établit que l’éducateur égorgé la poursuivait de ses assiduités et que les trois autres (à son sens coupables d’avoir fermé les yeux sur les agissements de leur collègue) ont été blessés tandis qu’ils tentaient de la maîtriser. De son côté, le routier affirme ne lui avoir fait que des avances orales, ce qu’elle ne nie pas (mais elle refuse de s’exprimer). Jugée irresponsable et dangereuse, Ann est internée près de Lugano dans une maison pénitentiaire à vocation psychiatrique.
1998, Lyon (F) : Stephen Bellanger, qui vient de boucler à Toronto une thèse en psychologie criminelle, intègre Interpol. Dans le cadre d’une enquête sur des meurtres en série touchant l’Europe et plusieurs états américains, on lui confie la tâche de compulser toutes les affaires d’assassinats multiples des vingt dernières années. Ses recherches le conduisent à s’intéresser plus spécialement au cas d’Ann.

 

Bon, Transparences, Ayerdhal! Gros bouquin. Mon dernier livre d'un auteur français était un Pevel, donc là, plongée dans un univers froid et inhumain (oui dans l'autre, il y avait des dragons et des filles en corset, donc chaud!), le nôtre actuel, mais avec une jeune kill-bill-addict qui ne fait pas du tout petit bras face à Uma et sa combi jaune! J'aime bien cette écriture, qui fait passer beaucoup de choses, et sans être un expert en french touch livresque, dès les premières pages, j'y reconnais un style propre à quelques auteurs de polars, les relations des personnages m'ont surtout fait penser à celles que je retrouve dans la trilogie Nikopol, d'Enki Bilal, une sorte de distance à chaque fois, mais avec toujours des émotions sous-jacentes. Enfin bref! C'est un très bon bouquin, du regretté Ayerdhal, qui nous laisse cependant de bien belles oeuvres, intéressantes et originales.

Ce Transparences, probable qu'il soit adapté en film tant l'intrigue est sympa et sa dynamique vraiment intéressante, c'est une sorte de polar en effet, teinté d'un soupçon de fantastique, mais ce sont surtout les relations humaines qui retient l'attention sur tous les personnages. J'ai donc beaucoup aimé, et ma prochaine incursion à ma bouquinerie se fera sûrement en quête d'autres pépites de cet auteur.

Commenter cet article

orochimarrant 15/11/2015 12:41

pas trop ma came.