Les Galaxiales, de Michel Demuth

Publié le par Patate des Ténèèèbres

GALAX1-B.GIFParu entre 1976 et 1979, les deux recueils de nouvelles formant le cycle des Galaxiales et édité par J'ai lu, avec des couvertures bien d'époque mais qui font le charme de ces vieux romans de sf de l'ancienne école (au passage, elles sont de Christopher Foss)! Ecrits par Michel Demuth, très bon auteur français mais à la bibliographie personnelle réduite, les Galaxiales développent l'essor de l'humanité dans les étoiles, avec de gros vaisseaux, plein de belle technologie futuriste, mais également tous les travers de l'espèce. Si les premières nouvelles, démarrant le cycle à partir de 2020, restent centrées sur la Terre et sont plutôt du style anticipation, les vaisseaux et paysages étrangers ne tardent pas à apparaître, sans jamais basculer dans le space opera clinquant à l'américaine, mais en restant plutôt concentrée sur des personnages humains, étroitement liés à cette Histoire qui évolue rapidement.

L'auteur a consacré beaucoup de temps à la traduction d'oeuvres majeures, comme le cycle de Dune de Herbert, ou la trilogie Mars de Kim Stanley Robinson. On ressent alors clairement ces deux références incontournables dans ses propres écrits, et l'on pourra regretter qu'il n'est lui-même prit le temps d'écrire un cycle plus vaste, plus fouillé, ses nouvelles restant d'une grande qualité, mais on reste souvent sur sa faim, tant la trame historique sous-jacente promet de nombreuses accroches pour de potentielles nouvelles nouvelles.

 

On trouve les écrits du sieur Demuth assez facilement, aussi bien dans votre crèmerie habituelle que sur ebay. Ces deux recueils sont pour moi les bases de mon idée d'une sf riche et inspirante, je me sers régulièrement des thèmes de Demuth pour développer des scénarios de jeux de rôles, ou pour écrire mes propres nouvelles. Essayez donc!!!

 

GALAX2-B.GIF

Publié dans Les Bouquins

Commenter cet article

Tortue stellaire 26/09/2013 10:43


autant le tome 1 était surprenant et un peu daté en effet; autant le second reste dispensable.