No more GM!!!

Publié le par Patate des Ténèèèbres

253px-Kalachakra.jpg

 

Comme pourrait le murmurer suavement Scarlet Witch; "No more maîtres du jeu"... Et là, ce serait le drame! Plus personne derrière des écrans de jeu pourtant toujours plus beaux, plus cartonnés que jamais. Des groupes de rôlistes égarés dans des univers sans méchants, sans monstres, et pire que cela, sans trésors!!!

 

Mais est-ce possible? Du jeu de rôles sans meneur de jeu, oui, cela est sûrement bien possible!

 

Dans mes lectures sur les concepts de The Forge, je découvre pas mal d'idées stimulantes, afin de prendre à bras le corps ce bon vieux jeu de rôles d'antan, pour en faire quelque chose d'accessible à ceux qui ne sont pas comme nous (ceux qui regardent la télé-réalité et font la transhumance hivernale obligatoire). Une notion, appliquée d'ailleurs au Prosopopée de Frédéric Sintes, est celle d'absence de conteur. Tout du moins la disparition d'un meneur directiviste ayant tout pouvoir sur l'environnement imaginaire. Donc maintenant, si nous enlevons ce tyran ludique de l'équation, que nous reste-t-il? Des rôlistes, oui. Et ce n'est pas beau à voir. Et également un pôv' paquet de chips saveur barbecue derrière l'écran, en effet. Et aussi un verre de jus de litchee... Oui bon, certains maîtres du jeu ont du goût, d'accord!

 

Mais bref. Pourquoi donc ne pas donner l'occasion aux participants de bâtir ensemble des histoires? Pas façon old school avec un scénario déjà écrit et tout ça, mais en élaborant un système spécifiquement conçu autour de cette notion de narration partagée, avec des étapes permettant d'éviter les trop grands délires ou les silences pesants.

J'y travaille actuellement, avec mon Masques & Miroirs, à base, non pas de pow pow pow, mais de jetons colorés remplaçant les dés, afin de limiter un peu le principe de hasard, et permettant de fixer mécaniquement des étapes, nommées Points de crescendo, qui au fil des actions envisagées par les participants pour leurs personnages, génèrent un Facteur de nuisance à base de jetons noirs, qu'il faut employer pour bâtir des oppositions. Au fur et à mesure que l'intrigue se développe, le Facteur de nuisance s'accroît, et peut éventuellement atteindre son apogée avec l'apparition d'un grand méchant, ou d'une épreuve que seule une synergie parfaite des personnages pourra contrebalancer.

 

Le système doit être finaliser, il doit également tourner, mais j'ai bon espoir de vous en toucher un ou deux mots prochainement!

Publié dans Les Jeux de rôles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylvain 17/10/2012 08:14


là je dis: sacrilège!

Panurge 16/10/2012 07:53


j'ai essayée Prosopopée, c'était un peu laborieux, mais on était sur un univers à la Mononoke, donc c'était familier.

Christope 14/10/2012 11:46


moi je suis plutôt pour un bon vieux donj' avec des monstres et des sales pièges. Mais pourquoi pas.