L’Alliance Charybdis

Publié le par Patate des Ténèèèbres

 

Bien du temps s’écoule avant que les colons du Second Exode ne parviennent à trouver un système viable. Les premières destinations se sont toutes avérées bien trop hostiles à la vie, les tentatives de terraformation ont pratiquement toutes échouées, et les ressources se sont amenuisées en quelques générations. Les vaisseaux du Renouveau sont délabrés et chaque saut entraîne la disparition de plusieurs d’entre eux.

Les descendants des dirigeants du Pacte de Scylla fondent le Conseil Militaire de l’Homme, qui reste la seule entité à pouvoir maintenir la cohésion des nombreuses communautés embarquées dans les cales des vaisseaux. L’avenir est alors très sombre.

Mais finalement, des Capitaines intrépides parviennent à trouver un nouveau foyer à l’espère humaine. Autour de l’étoile Véga, dans la constellation de la Lyre, le monde de Peryton devient une halte permanente.

Ce qui subsistait de la technologie de terraformation fut employé pour rendre certaines zones habitables, et plusieurs des derniers grands vaisseaux furent démembrés, leurs matériaux amenés à la surface pour bâtir les futures communautés.

Ainsi donc, l’Humanité est à nouveau libre de prospérer, loin de ses ennemis. Mais les ressources ne sont plus aussi abondantes qu’au sein du système Sol. Les ancestrales dissensions renaissent avec le rationnement et un strict contrôle des naissances appliqué à certaines communautés plus fertiles.

Afin d’éviter que leurs efforts soient ruinés par les populations qu’ils ont convoyés durant des générations, le Conseil Militaire de l’Homme prend le contrôle des colonies de Peryton et impose la Loi martiale. Mais des meneurs ont anticipés une telle éventualité et placé leurs partisans à des postes stratégiques. Deux groupes parviennent ainsi à s’emparer de vaisseaux encore en état et à fuir en sautant vers des coordonnées éloignées.

Sur Véga, ceux qui se plient à l’autorité militaire doivent participer à deux ambitieux programmes devant permettre un peuplement efficace de Peryton. L’ingénierie génétique permet d’initier le programme EGN, qui produira une main d’œuvre clonée adaptée aux conditions difficiles au-dehors des dômes. Le programme A2F permettra le développement de forges orbitales automatisées à partir des coques et équipements de vaisseaux trop anciens pour assurer leur mission. Le CMH espère ainsi produire une nouvelle flotte et employer Peryton comme base arrière pour une campagne de reconquête de Sol.

Tant bien que mal, la vie se diversifie sur la planète solitaire. Les clones EGN sont rassemblés dans l’hémisphère Sud où de grands travaux leurs sont commandés par des équipes d’ingénieurs. Les processeurs atmosphériques fonctionnent à plein régime et rendent des zones viables pour une existence hors des dômes.

En 208 après la découverte de Peryton, les officiers supérieurs du Conseil Militaire de l’Homme rendent le pouvoir à un groupe de civils élus et représentant les seize communautés septentrionales. Malgré un semblant de démocratie, ce sont les descendants des officiers civils ou militaires qui représentent le peuple, ils incarnent une nouvelle aristocratie qui impose une oligarchie et divise la nouvelle société en castes.

En l’an 328, des soulèvements de populations clonées amènent les membres du Haut-conseil à mobiliser les forces armées sur le continent australe. Les descendants des ingénieurs en charge du programme EGN refusent de poursuivre les clonages tant que les conditions de vie de leurs créations ne sont pas améliorées. L’armée de Peryton se résume à quelques milices mal entraînées et devant faire face à une redoutable série de clones programmés pour la guérilla, la série CTE-3. Le conflit dégénère rapidement, lorsque les commandos clonés frappent les cités septentrionales avec des sabotages, et le CMH doit finalement effectuer des frappes orbitales sur les principales usines du Sud. Malgré une apparente défaite présentée à l’opinion publique, les clones reçoivent une proposition émanant des officiers supérieurs de la nouvelle flotte issue du programme A2F; Plusieurs lunes ont été étudiées à l’extérieur du système de Scylla, elles doivent être terraformées mais deviendraient des territoires réservés aux lignées de clones. L’accord est signé sans que le Haut-conseil n’en sache rien.

En 419, la flotte humaine abandonne Peryton pour placer ses unités autour des lunes lointaines de Scylla 3b, la géante gazeuse à l’extérieur du système. Désemparés, les membres du Haut-conseil voient un précieux appui disparaître sans raison. Des groupes d’opposition profitent de la situation pour prendre le contrôle de plusieurs sites industriels abandonnés par les clones et leurs créateurs, un siècle plus tôt. Ils fondent le Conglomérat marchand, tout d’abord spécialisé dans le transport de fret aérien.

La fin du cinquième siècle de la nouvelle Histoire humaine sur Peryton voit l’arrivée d’une communauté humaine de l’Exil au sein du système de Scylla. Pourchassés durant des siècles, leurs vaisseaux sont dans un état de délabrement avancé, ils débarquent sur la planète et s’établissent dans la chaîne montagneuse équatoriale. Ils fondent le Matriarcat de Dwama, une entité militaire belliqueuse et convoitant les ressources des premiers habitants de Peryton.

En 502, la Guerre des trois heures voit la moitié des cités du continent septentrional balayées par des missiles du Matriarcat. Des forces mécanisées vétustes mais suffisantes se déploient autour des métropoles encore intactes. Le Haut-conseil doit capituler face à cet adversaire impitoyable qui prend ainsi le contrôle de la planète. Les lignées de clones encore existantes sont exterminées et le programme EGN est arrêté.

En 508, une puissante flotte de guerre se place en orbite de Peryton et détruit les quelques épaves du Matriarcat de Dwama. Le CMH annonce son souhait de prendre part au gouvernement planétaire, en échange d’une défense efficace. Les Matriarches acceptent cet accord mais font pression sur le Conglomérat marchand pour disposer de leurs tout premiers transports spatiaux.

En 541, les négociants de Peryton atteignent par leurs propres moyens les lunes de Scylla 3b. Ils découvrent une société technologiquement avancée, composée de clones et les accueillant avec circonspection. Des accords commerciaux sont conclus néanmoin, et le Conglomérat marchand se développe rapidement sur une concession lunaire qui lui est allouée.

En 567, la Marine militaire du Matriarcat est suffisamment puissante pour menacer la flotte du CMH. Une bataille en orbite de Peryton mets cependant un terme aux prétentions des Matriarches, lorsque ces dernières découvrent qu’une partie seulement des forces spatiales ennemies étaient exhibées à leur vue. Malgré cela, le CMH abandonne la défense spatiale de Peryton au Matriarcat, en échange d’un transbordement des populations désireuses de quitter l’oppressante matriarchie. Les derniers représentants des lignées nobles Perytonéennes embarquent alors pour la lune de Charybdis, autour de Scylla 2b.

Nous sommes en l’an 608 du calendrier de Peryton. Les forces humaines au sein du système de Scylla se sont finalement équilibrées et communiquent grâce au Conglomérat marchand et ses navires. La planète Peryton est désormais le domaine exclusif du Matriarcat de Dwama, qui poursuit un lent travail de terraformation tout en fortifiant sa flotte spatiale.

La lune Charybdis abrite cinq grandes lignées nobles qui ont prit le contrôle de la flotte du CMH et gouvernent les dômes à partir desquels une industrie lourde en orbite est coordonnée, produisant des coques et des infrastructures d’habitats pour les générations à venir. Enfin, à l’extérieur du système de Scylla se trouve les huit lunes du Collectif G+, un regroupement de communautés de clones hautement spécialisés et dirigés par les descendants clonés des ingénieurs du programme EGN. Ils collaborent avec Charybdis dans des échanges de ressources vitales et abritent une partie de la flotte militaire du CMH, celle dont les officiers ont refusés de servir la noblesse de Charybdis.

Ces trois factions du système Scylla mutualisent leurs efforts militaires et diplomatiques sous le nom d’Alliance Charybdis. Leur principale objectif commun est la reconquête du système Sol, dont il ne subsiste pratiquement aucun souvenir, mais où se trouve l’Ennemi.

Commenter cet article